premier extrait de “The End of All Things”, nouvel album de CROWN [metal / Colmar]

communiqué
“The End Of All Things” est pour CROWN ce que Kid A était pour Radiohead: un album que personne n’attendait d’eux. Sombre et maussade; sombre et sublime; aéré ​​et écrasant; fascinant et captivant; audacieux mais infaillible; strident, dansant et suffocant, tout à la fois. Un album débordant de lignes de crochet fragiles et de bon goût flirtant avec l’abîme qu’elles planent au-dessus, encapsulé dans une production majeure ingénieuse, fournie par la moitié de CROWN lui-même. Écoutez CROWN sur Spotify ici!

David Husser a travaillé comme ingénieur du son, producteur et musicien partout dans le monde avec des artistes comme Alan Wilder de Depeche Mode ou au studio Real World de Peter Gabriel, et a tourné avec son groupe industriel Y Front aux côtés de Rammstein dans les années 90. Paul Kendall (Mute Records, NIN, Nick Cave) a déclaré à propos de David: «un diamant déformant … nous avons collaboré sur un certain nombre de projets et j’ai été étonné par sa capacité à enseigner de nouveaux tours à un vieux chien. Il est tout simplement le meilleur ingénieur du son que j’aie jamais rencontré.

L’autre moitié de CROWN est le père fondateur et chanteur Stéphane Azam, qui a travaillé pendant des années comme ingénieur du son live pour les pionniers français du blackgaze Alcest. La voix basse et apaisante de Stéphane sur The End Of All Things est une surprise totale pour quiconque connaît les 2 précédents disques du groupe, qui comportaient principalement des voix hurlées – un fait illustrant l’immense polyvalence des musiciens au travail ici.

De plus, contrairement aux efforts précédents, il n’y a (presque) pas d’apparitions vocales d’invité sur The End Of All Things – «presque», parce que Karin Park d’Årabrot prête sa belle voix au morceau de clôture Utopia. David a poussé Stéphane dès le début du processus d’écriture et d’enregistrement à faire tout le chant lui-même, par souci de cohérence: il voulait que le groupe et l’album aient un seul «capitaine du navire». Stéph chante avec une voix très basse maintenant, et c’était un défi de faire de la place pour ce son et la production, il fallait trouver une sorte de relief dans le registre grave. Il nous a fallu assez de temps pour trouver ce que nous considérons comme la bonne recette pour que cela fonctionne », explique Husser.

Crown a débuté en 2011 avec 2 hommes et une boîte à rythmes, et leur premier album leur a immédiatement valu une invitation au prestigieux festival Roadburn en 2013 et un contrat d’enregistrement avec Candlelight. Le son des débuts du duo était défini par l’électronique sifflante, les guitares lourdes qui montaient en flèche et l’absence de «vrais» tambours, touchant des actes de métal industriel comme Godflesh, Ministry ou Killing Joke.

The End Of All Things est clairement un départ de ce son de presque toutes les manières imaginables. «La vie est un changement, c’est la seule chose à laquelle nous pouvons toujours nous attendre», déclare Husser. «C’est la même chose avec la musique. Je me sens personnellement offensé lorsqu’un groupe régurgite ses propres idées et livre une copie de l’album précédent, encore et encore … Je veux prendre des risques et me laisser tenter par des aventures et des aventures dans de nouveaux territoires, sinon ce ne serait pas l’art plus.

The End Of All Things ” est un album phare, qui pourrait bien se transformer en un nouveau ‘Shape Of Heavy Music To Come’. Être impliqué.

X
X