Le secteur public de la culture est-il désormais dominé par une vision comptable ? Emmanuel Demarcy-Mota distingue aujourd’hui l’effort de rationalisation, enclenché à partir de la crise de 2008, et les valeurs collectives qui doivent porter l’institution. En des temps traversés par l’anxiété et par la montée du néo-fascisme sur tout le continent européen, la culture est selon lui la meilleure possibilité de construire l’avenir, pour la pacification

Source / Lire la suite : Que reste-t-il du service public de la culture ?

X
X