Marché 2021 de la musique enregistrée : une croissance soutenue

communiqué

Avec 861M€ de chiffre d’affaires, le marché français de la musique enregistrée affiche une progression de 14,3%. C’est une 5ème année consécutive de hausse, avec en 2021 un résultat largement positif qui confirme la dynamique de croissance enregistrée depuis 2017.
Les ventes de musique en France retrouvent ainsi un niveau de chiffre d’affaires équivalent à plus de 50% de son niveau historique de 2002. La page de l’épisode hors norme de la pandémie s’est tournée en 2021 pour les supports physiques, alors que l’économie des concerts a continué d’être sérieusement affectée.
Cette 1ère croissance à 2 chiffres depuis 20 ans s’explique par 2 éléments moteurs :
La hausse toujours soutenue des revenus générés par le streaming, conjuguée à une résistance remarquable des ventes physiques. En effet, au-delà de la reprise spectaculaire suivant une année 2020 atypique avec la fermeture des points de ventes 3 mois sur 12, CD et vinyles font preuve d’une résilience notable avec des revenus stables comparés à ceux de 2019.
Ces chiffres sont les indicateurs de l’évolution toujours constante des modes de consommation de la musique, avec désormais des usages franchement mixtes, entre une pratique assidue du streaming et en même temps, l’achat de supports, CD et vinyles, dont l’attractivité s’affirme de nouveau sans équivoque, y compris auprès de la jeune génération.
Le streaming consolide ses performances, porté par les abonnements, en hausse de 15% et qui restent la dynamique majeure de croissance et de création de valeur, avec une progression de l’usage chez les consommateurs, toutes classes d’âge confondues et tout particulièrement chez les plus de 50 ans.
Autre point saillant de l’année 2021 : le rebond de 21% des revenus générés par les supports physiques, qui étaient en baisse de 10% avant la pandémie. En hausse significative pour la première fois en 20 ans (+10%), les ventes de CD sont encore la 2ème source de chiffre d’affaires du marché.
Le vinyle confirme cette année encore avec plus de 5 millions d’unités vendues, son succès auprès de tous les publics, pour les nouveaux répertoires comme pour le back catalogue, et se place en 3ème position des revenus, en hausse de plus de 50%. Il représente 33% du chiffre d’affaires physique.
Quant aux droits voisins et aux revenus générés par la synchronisation, ils ont regagné une tendance positive en 2021, après les circonstances exceptionnelles de l’année précédente et affichent respectivement une progression de 7,3% et 11%.
L’autre constante des résultats de l’année écoulée, c’est le plébiscite du public français pour les artistes produits dans l’hexagone. Score remarquable, 18 albums du TOP 20 sont des productions françaises, chantées en français, comme d’ailleurs 83% des 200 meilleures ventes. Loin d’être ponctuelles, ces performances décrivent une tendance de fond : depuis 7 ans, 17 à 19 productions françaises figurent systématiquement dans le Top 20 de l’année.
Derrière ces résultats, un autre indicateur du dynamisme de la production musicale :  celui de l’émergence de nouveaux artistes. Aux côtés des artistes confirmés, 28 jeunes talents placent un premier album dans le Top 200.
Avec plus de la moitié des 200 meilleures ventes d’albums, les productions françaises de rap et de musiques urbaines affichent encore en 2021 un franc succès. La chanson et la pop françaises sont aussi au rendez-vous, tant avec les jeunes talents qu’avec les artistes déjà populaires. Le classique et le jazz ne sont pas en reste avec une part également prépondérante de productions made in France dans les meilleures ventes de ces répertoiresL’adoption croissante du streaming audio poursuit elle aussi son élan : on recense désormais près de 10 millions d’abonnements payants, qui avec les comptes familles rassemblent 14 millions d’utilisateurs des offres premium. Avec les 8 millions d’utilisateurs des offres gratuites, ce sont 22 millions de Français qui écoutent aujourd’hui la musique en streaming audio.
Si l’écoute hebdomadaire de musique a globalement progressé en France, de près de 3H en 2 ans, la durée d’écoute via le streaming par abonnement a pour sa part doublé dans le même temps, illustrant la pratique intense des abonnés à partir de leur service de streaming audio.
A la progression ininterrompue du streaming audio et vidéo, s’ajoute désormais l’utilisation de services de vidéos courtes comme TikTok qui s’est développée de façon spectaculaire au début de la pandémie pour devenir aujourd’hui un mode de consommation à part entière. 2021 dresse donc un tableau très varié des usages, avec l’émergence rapide de nouvelles pratiques au cœur desquelles se trouve la musique, qu’il s’agisse de ces vidéos courtes, des livestreams ou de l’intégration dans les jeux vidéo.

Chargeur En cours de chargement…
Logo EAD Cela prend trop de temps ?

Recharger Recharger le document
| Ouvert Ouvrir dans un nouvel onglet

Télécharger [8.70 MB]

X
X