autportrait
Inité en janvier 2014, le groupe passe plusieurs années enfermé dans le local de Mystic Cave Productions (-ii-, Tolstoi, Hammering Spleen) pour se chercher et se forger une identité sonore.
Au grès des expérimentations, et après quelques changements de line-up, le collectif pose finalement les bases d’un hip-hop industriel et plombant, à la croisée entre un beat écrasé par le bitume et une verve vengeresse .
Daski sonne comme une révolte désincarné, un feu sans chaleur, c’est le poids de la modernité faisant courber l’échine à une masse noyée dans son apathie.
Après un premier single sorti en janvier 2017, Mother Concrete, masterisé par le maestro Will Brooks (dälek) himself, daski revient avec un nouveau single pour écrire un nouveau chapitre de son histoire.
Enregistré durant l’été 2017 aux Studios de la Forge (Wheelfall, Phazm, Joy Disaster), Wheel of Fire est le reliquat d’une incarnation passée, un dernier témoignage d’un line up désormais révolu.
Reflétant les inspirations du groupe à cette époque, Wheel of Fire se veut être un single aux accents plus fusion que son prédecesseur. Les guitares, plus présentes, plus pesantes, viennent trancher de leurs riffs baignés dans l’acide des rythmes qui se font plus percussifs, plus tribals.
Posant un regard désabusé sur le monde urbain, daski incarne autant par le verbe que par le son un coma existentiel, une langueur émanant du béton et venant corroder l’esprit comme la rouille sur le métal.
Wheel of Fire, de paire avec Mother Concrete, pose les bases du langage esthétique du collectif qui se consacre désormais à l’écriture de son premier album.

X