En 2006, en lançant sa plateforme de streaming, Spotify réussissait à nous vendre, sous couvert de sursaut moral et économique, rien de moins qu’une des formes les plus perverses d’esclavage moderne. Face au piratage, au pillage aveugle des œuvres musicales, le streaming était présenté comme la seule solution viable. Légal, propre, transparent et donnant pleine satisfaction au client. Et on a tous plongé, parce que Spotify, c’était tout, tout de suite – les discographies, les titres, les pochettes, le minutage, les playlists.

Source / Lire la suite : Spotify, une pirouette pour des cacahuètes

X
X