Imaginez : vous gérez un label de musique indépendant. Pas trop petit, pas trop gros. Visible. Qui incarne, avec un petit millier d’autres, la diversité et l’innovation. Vous avez une dizaine d’artistes, qui font des tournées. Des disques qui suscitent de la curiosité. Assez d’argent qui rentre pour faire vivre un ou deux employés. En bref, vous arrivez plus ou moins à vous en sortir dans une économie qui se fout de votre existence. Si ce scénario est possible, c’est grâce à des aides.

Source / Lire la suite : Quand une cour européenne achève la musique française

X
X