Olivier Saenger est saxophoniste, chargé de mission au Centre Départemental pour la Musique et la Culture du Haut-Rhin, professeur / coordinateur de l’Ecole de musique Alsatia de Drusenheim et directeur de l’Ecole de musique du Pays de la Zorn.

Quel est son parcours ? Comment passe-t-on de musicien à enseignant ?
Quelles sont ses missions au CDMC du Haut-Rhin ? Quels accompagnements proposent-ils pour les enseignants et les élèves des écoles de musique du département ?

Après avoir été musicien au sein de la Musique de la Garde Républicaine de Paris et étudiant au Conservatoire / Pôle Supérieur de Paris, Olivier Saenger revient en Alsace pour mener plusieurs projets artistiques, ensembles professionnels et amateurs (Orchestre d’Harmonie de GriesBig Band de Haguenau). Titulaire du Diplôme d’état de professeur de saxophone, il enseigne à l’Ecole de musique de Drusenheim, rattaché au Pôle culturel.
Il est aussi chargé de mission autour de la formation et des partenariats, au sein du CDMC du Haut-Rhin, situé à Guebwiller, dans l’enceinte des Dominicains de Haute-Alsace.

Comment fonctionnent les écoles de musique ? Comment sont embauchés les enseignants ? Comment sont-ils formés ?
Quel est le public des écoles de musique ? Quel est le profil des enseignants de musique ?

Les écoles de musique constituent un vaste ensemble de structures, de tailles et de moyens variés, souvent constituées en associations. La direction est parfois bénévole, pour les plus petites. Les enseignants sont généralement embauchés via le groupement d’employeurs des écoles de musique.
Parmi les enseignants, beaucoup sont musiciens professionnels, leurs parcours sont souvent ancrés dans une pratique scénique. Certains sont membres d’orchestres professionnels, d’autres se consacrent principalement à l’enseignement …
Olivier Saenger développe donc des actions de formation professionnelle pour ces enseignants, ainsi que des colloques et des temps d’échange et de rencontre.

“C’est important d’avoir toujours cette complémentarité entre pratique et transmission”

Parmi les missions de soutien aux musiques traditionnelles, jazz et actuelles, le CDMC propose aussi des bourses aux projets, ainsi que des accompagnements via le département, pour développer des projets ambitieux, pluridisciplinaires, aux esthétiques variées.

“On a aussi beaucoup d’ensembles de musiques actuelles qui émanent, des fois même en autodidactes, qui amènent aussi beaucoup de richesse culturelle au territoire”

Le CDMC héberge aussi une Partothèque, l’une des plus grandes d’Europe, recueillant de nombreuses partitions, avec un fonds particulier de partitions d’orchestres à vent.
Nous sommes revenus sur cette histoire culturelle alsacienne des orchestres d’harmonie et des orchestres à vents.

“Il faut toujours garder ce mélange entre tradition et modernité, pour attirer les jeunes vers la musique”

Et parmi les parcours de formation innovants qu’Olivier a mis en place, il a aussi pris en compte les questions liées aux musiques amplifiées. En lien avec Hiéro Colmar et le Grillen, ils ont créé un parcours d’initiation à la régie de concert, pour faire découvrir aux élèves des écoles de musique le travail de régie scénique, régie son et régie lumière, et répondre à cette question :

“Comment on monte un concert amplifié sur une scène professionnelle ?”

La prochaine “initiation régie” aura lieu au Grillen à Colmar le mercredi 28 octobre, et sera accompagnée par le groupe Tadéo, en résidence au Grillen.

Enfin, pour les musiciens qui souhaiteraient jouer dans cet écrin particulier, des scènes ouvertes sont organisées à la Partothèque tous les 1ers samedis du mois, de 10h à midi.

Entretien réalisé par Maylis Cerbelaud

Articles similaires

X
X