Fred Traverso et Guillaume Azambre ont fondé en 2018 la Longevity Music School à Strasbourg.
Après leur rencontre à Radio France, ils créent cette école de musique dédiée aux musiques électroniques, ainsi que le Longevity Festival.
Quel est leur parcours ? Comment et pourquoi ont-ils créé cette école ?

Une école ouverte à de nombreux profils et à tous les âges

Qui sont leurs élèves et leur étudiants ? A qui s’adresse cette école ?

“La variété des profils qui constituent les groupes, c’est vraiment une force, une richesse”

L’école propose plusieurs parcours de formation afin de s’adapter à l’âge et aux envies des élèves.
Avec des horaires en soirée, elle permet aussi de conserver un emploi ou des études.
Un parcours s’adresse aux adultes, un autre aux enfants à partir de 12 ans (le parcours “Jeune producteur”), et l’école propose aussi un parcours de formation individuel.
Au delà de la musique électronique, l’école permet aussi de se former au son à l’image.

“On est sur des petits groupes de travail”
“Il y a toute une partie d’investissement personnel, ce qu’on leur demande de faire, c’est de travailler sur leurs projets pour qu’on puisse les accompagner et leur faire des retours”

Une “rampe de lancement” dans le milieu musical

Quelle professionnalisation peut être observée suite aux parcours des élèves ?
Certains d’entre eux ont pu intégrer des écoles de sound design, d’autres ont pu intégrer un label, réaliser leur premier clip …
Parmi les anciens élèves de l’école, on trouve les producteurs locaux Mezzo Milo et CLOON, entre autres !

“On a une bonne suite statistiquement par rapport au nombre d’élèves qu’on a”

Les fondateurs de l’école la décrivent comme une “rampe de lancement”, permettant d’acquérir certaines bases et de gagner en autonomie.

“Il y a pas de diplôme d’état de producteur, mais nous ce qu’on apporte c’est un objet concret … nos élèves vont créer durant leur première année leur premier EP”

Un parcours permettant de créer son premier EP de A à Z

Comment se déroule le parcours de formation “Producteur” ?
Quatre modules principaux permettent de devenir autonome sur la création d’un morceau :
Le parcours commence par l’apprentissage de la composition, comment trouver l’inspiration, puis par une étape “sound design”, jusqu’au mixage et au mastering.
L’école apporte aussi un accompagnement sur le “profil artistique” des participants : il s’agit de leur donner des clés de compréhension du milieu musical, de son écosystème, des logiques économiques qui le traversent.

“Aujourd’hui il faut aussi se vendre, et c’est quelque chose qui fait partie de l’évolution de la musique, aujourd’hui il faut tout faire”

Une démarche de démocratisation des musiques électroniques

Leur démarche cherche aussi à faire découvrir les musiques électroniques et à les démocratiser :
Leur dispositif “Playground”, qu’ils installent dans divers lieux, permet à tout un chacun de s’essayer à la composition.
L’école organise aussi des masterclass en partenariat avec la Laiterie, pour faire découvrir aux élèves comment préparer un set sur scène.

Comment fonctionne cette école, comment assurent-ils leurs frais de fonctionnement ?

“L’école n’est pas soutenue, elle est privée et vit de ses propres deniers”

Avec une capacité d’accueil assez réduite, puisqu’elle ne peut accueillir qu’environ 30 élèves, “les places sont assez limitées”.
Cependant, pour permettre aux plus jeunes de s’essayer à la musique électronique, la formation “Jeune producteur” est à 750€.
Pour les formations “adultes”, compter 3000 € l’année.

Le logiciel Ableton Live est au cœur de leur dispositif d’enseignement : pourquoi ?

“C’est un logiciel qui est très éducatif, très intuitif”

L’école bénéficie au moment de sa création de la “Push Initiative” : ce dispositif permet de se fournir auprès de la société éditant le logiciel en contrôleurs et en licences à tarifs réduits, pour les structures d’enseignement musical.

“C’est le seul logiciel qui a mis l’éducation en avant dès le début”

Le Longevity Festival, dédié aux musiques électroniques en tous genres

Longevity, c’est donc une école, mais aussi un festival, qui met à l’honneur la grande variété d’esthétiques musicales qui composent la musique électronique.
Comment se construit la programmation de ce festival ? Comment a-t-il évolué ?

“ça a démarré sur un jour en 2013, puis c’est passé à deux jours, puis trois …”

Le festival Longevity propose d’ailleurs un tremplin aux jeunes DJs et producteurs.

Interview réalisée par Maylis Cerbelaud

2.12.0.0
X
X