Pour la première fois en 2018, les ventes en valeur des marchés numériques, c’est-à-dire par le téléchargement et l’écoute en flux (streaming) réunis, dépassent celles du marché physique (figure 1). Au cours des années 2000, le chiffre d’affaires des ventes physiques de musique enregistrée (CD, vinyle) a amorcé une baisse qui n’a pas cessé depuis. Il se situe à 314 millions d’euros en 2018, contre 1 144 millions d’euros dix ans plus tôt, en 2007. Le chiffre d’affaires du téléchargement n’a jamais réellement décollé, probablement à cause de l’apparition simultanée du téléchargement en pair à pair (peer-to-peer). À partir de 2012, le marché du téléchargement régresse, alors que le marché de l’écoute en flux connaît un essor considérable. En 2018, le chiffres d’affaires de l’écoute en flux atteint 301 millions d’euros, quasi-équivalent à celui du marché physique. Cet essor a contribué à interrompre la tendance baissière de ce marché et à stabiliser son chiffre d’affaires global à environ 650 millions d’euros par an depuis 2015.

Source / Lire la suite : Musique : ventes physiques, téléchargement et écoute en flux

 

X