La SACEM publie une étude “Les Français et la musique dans les territoires”

communiqué

Désireuse de contribuer à la réflexion des acteurs publics et privés sur la vie musicale en France, la Sacem publie aujourd’hui, à l’occasion du Salon des Maires, l’étude « Les Français et la musique dans les territoires », qu’elle a commandé à l’Institut OpinionWay. Cette enquête a été réalisée auprès d’un échantillon de 2001 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans.   
Elle trace le portrait d’une population profondément mélomane, pour qui la musique est synonyme d’une vie plus riche, plus agréable et plus porteuse de lien. Une population qui a subi difficilement les restrictions liées à la crise sanitaire et qui attend un retour à la normale le plus tôt possible. Elle pointe aussi des fractures territoriales entre les grandes métropoles et les « déserts musicaux » de certaines zones rurales. Et surtout, elle montre que l’accès à la musique,dans toute sa diversité, pour tous et partout est un enjeu majeur pour notre société, et une attente forte des Français notamment vis-à-vis de leurs élus locaux.
Acteur majeur au service de la musique dans les territoires, la Sacem est engagée aux côtés des élus et des régions pour contribuer à cet objectif.

LA MUSIQUE, UN ELEMENT ESSENTIEL DE LA VIE DES FRANÇAIS

Premier enseignement de l’étude : l’attachement très fort des Français à la musique, synonyme pour eux de vie, de fête et de moments partagés.
Ainsi, les trois quarts des Français (73%) accordent à la musique une place importante dans leur vie, dont un quart (25%), très importante. Plus de 7 Français sur 10 assistent régulièrement à des concerts dans des salles dédiées (74%), dans des cafés-bars-restaurants  (74%) ou à des festivals (72%).
Plus d’un tiers suit des cours de musique en présentiel ou a des enfants qui en suivent (36%).

Les Français sont d’ailleurs convaincus du pouvoir fédérateur de l’expérience collective de la musique.
Plus de 8 sur 10 estiment ainsi que les concerts, les manifestations musicales, l’écoute ou la pratique de la musique à plusieurs renforcent les liens sociaux (84%) l’ouverture au monde (87%) et à d’autres milieux sociaux (80%).

La privation d’accès aux activités et lieux musicaux en raison de la crise du Covid a en conséquence été durement ressentie par de nombreux Français.
48% des Français déclarent ainsi qu’assister à des concerts dans des salles dédiées leur a manqué pendant cette période. La tendance est la même pour les concerts dans les cafés, bars ou restaurants (48%) ou les festivals (46%).

De même, ne pas pouvoir s’adonner à sa pratique musicale en groupe ou suivre des cours de musique en présentiel a manqué à la moitié des Français pratiquant eux-mêmes ces activités et à ceux dont les enfants les pratiquent (respectivement à 48% et 49%).

Il est donc capital de permettre un retour rapide à la vie musicale d’avant la crise. Or ce n’est pas le sentiment de la majorité des répondants qui perçoivent le redressement du secteur comme difficile et lent.
7 Français sur 10 (69%) estiment que les événements musicaux ont repris mais sont moins nombreux qu’avant la crise sanitaire sur leur territoire et 3 Français sur 10 (29%) estiment que l’accès à des activités musicales est aujourd’hui freiné  par les restrictions liées au pass sanitaire.

UN ENJEU : FAIRE RAYONNER TOUTES LES MUSIQUES SUR TOUS LES TERRITOIRES

Les Français ont conscience de l’importance de la musique pour les communes et les régions dans lesquelles ils vivent.
La musique s’impose pour plus de 8 Français sur 10 comme un puissant facteur d’attractivité des territoires, en termes de bien être pour les habitants (avis de 89%) de valorisation de leur culture (88%), de création d’emplois (80%)…

Globalement, les deux tiers des Français sont plutôt satisfaits de l’offre musicale de leur territoire, en termes de variété (66%) et de nombre d’activités (64%), ainsi que du soutien artistique et financier apporté par les pouvoirs publics et les élus (61%). Globalement, 7 Français sur 10 considèrent avoir facilement accès à des lieux proposant des cours de musique (71%), à des lieux de rencontre autour de la musique (cafés ou restaurants – 70%), à des festivals (67%) ou à des salles de concerts / de spectacles (67%).
Mais ces résultats globaux cachent de grandes disparités territoriales.

L’étude montre aussi une « France à 2 tempos », une fracture territoriale dans l’accès à la musique qu’il est capital de résorber.
De très grandes différences d’accès à la vie musicale apparaissent entre les métropoles et les communes de 2000 à 20 000 habitants, et surtout les territoires ruraux, souvent considérés comme de véritables « déserts musicaux » par leurs habitants.
On constate ainsi de très grandes différences sur la satisfaction envers la variété de l’offre musicale (74% pour les métropoles ; 55 % pour les territoires ruraux) sur le nombre d’activités (71% / 54%), 1/3 des Français (32%) pense que l’accès aux activités musicales sur leur territoire est entravé par l’éloignement des lieux proposant de la musique et 27% déplorent la faible fréquence des tournées dans leur région.

L’accès aux lieux proposant de la musique montre là aussi une fracture forte. 79% des personnes habitant des métropoles de plus de 100 000 habitants ont un accès facile à des lieux proposant des cours de musique, seulement 56% dans les territoires ruraux. L’écart est sensible également pour l’accès aux manifestations musicales (75% et 54%), aux salles de concerts (79% et 49%), aux discothèques (73% et 47%) aux commerces proposant des disques (75% et 50%).

On constate également de grandes différences sur la manière dont les Français pensent que les activités musicales sont soutenues par les pouvoirs publics et les élus sur leur territoire entre les métropoles (66%) et les zones rurales (53%)

UNE MOBILISATION NECESSAIRE DES ELUS

Pour les Français c’est la responsabilité des acteurs locaux, et notamment des maires de dynamiser la vie musicale des territoires.
Un sur deux (49%) considère ainsi les municipalités comme ayant le plus grand rôle à jouer dans ce domaine, 3 fois plus que l’Etat (16%). Les départements et régions (35%) le tissu associatif (35%) et les acteurs privés comme les organisateurs d’évènements (47%) sont également largement attendus.

Les attentes envers les acteurs locaux s’articulent autour de 3 grands axes :

  • multiplier les temps forts musicaux de partage collectif (54% sont favorables au développement de l’organisation de concerts et festivals),
  • accompagner la création (39% invitent les décideurs locaux à multiplier les maisons d’artistes, ateliers, résidences)
  • et encourager l’enseignement de la pratique musicale (31%).
Ils plébiscitent également les aides financières pour alléger le coût d’accès aux activités et lieux musicaux (coût qui est un frein pour 40% des Français) et un soutien financier direct au artistes locaux (31%)

Les Français souhaitent que cette mobilisation se fasse au service de tous les répertoires de toutes les esthétiques.
3 Français sur 10 (29%) insistent ainsi sur la promotion de la diversité des genres musicaux et un quart (25%), sur la nécessité d’accompagner le rayonnement national et international des artistes locaux.


Patrick Sigwalt, Président du Conseil d’Administration de la Sacem a déclaré : « Parce qu’ils aspirent à voir leur musique interprétée et diffusée le plus largement possible, les auteurs, les compositeurs, les éditeurs de musique, ne peuvent qu’être sensibles aux résultats de cette étude. Elle montre la force du désir des Français de retrouver une vie musicale riche et inspirante, de pouvoir à nouveau assister ensemble à des concerts et événements musicaux, de profiter de la richesse et de la diversité du répertoire de la scène française au plus près de chez eux.
Tous les décideurs doivent se mobiliser pour permettre un retour rapide à une activité musicale normale et plus largement pour permettre à chacun, quel que soit l’endroit où il habite, de pouvoir écouter, apprendre ou jouer de la musique plus facilement. C’est ainsi que la création musicale française pourra continuer à être l’une des plus variées et les plus vivantes au monde. »

Cécile Rap-Veber, Directrice générale-gérante de la Sacem a déclaré « Cette étude réalisée par OpinionWay met en avant le profond attachement des Français à la musique et notamment celle de leur territoire. Elle est pour eux synonyme de partage, de fête, de sérénité. Ce constat doit servir comme base de réflexion pour les élus, les professionnels et tous les acteurs de la filière pour améliorer l’accès à la musique et la faire vivre au plus près de ceux qui l’aiment.
Le rayonnement de toutes les esthétiques musicales dans nos régions et l’accès de tous à la musique dans toute sa diversité, sont des enjeux majeurs pour la résorption des fractures territoriales et sociales, l’épanouissement culturel de chacun et la revitalisation du lien social, véritables piliers de la démocratie.
Pleinement impliquée dans la vie musicale des régions, grâce à la force de son réseau et à son engagement quotidien en faveur de l’action culturelle, la Sacem est au service des élus locaux et des régions pour restaurer et préserver ce lien créé par la musique partout où il le faudra, à un moment où nous avons plus que jamais besoin de nous retrouver. »


RECAPITULATIF DES CHIFFRES MARQUANTS

  • 73 % des Français accordent à la musique une place importante dans leurs vies
  • 88% des Français pensent que la musique est un puissant facteur de valorisation de la culture de leur territoire
  • 48% des Français déclarent qu’assister à des concerts dans des salles dédiées leur a manqué pendant la pandémie
  • 69% des Français estiment que les événements musicaux ont repris mais sont moins nombreux qu’avant la crise sanitaire.
  • 74% des habitants des métropoles sont satisfaits de la variété de l’offre musicale de leur territoire mais seulement 55 % des habitants des territoires ruraux
  • 49% des Français considèrent que les municipalités ont un rôle à jouer dans la dynamisation de la vie musicale des territoires
  • Pour 40% des Français, le coût est un frein aux activités et aux lieux musicaux

METHODOLOGIE

L’étude ‘Les Français et la musique dans les territoires’, réalisée pour la Sacem, explore l’importance de la musique dans la vie des Français, la perception de ses enjeux sociétaux et économiques et le vécu de l’impact de la crise sanitaire sur les activités musicales. Elle analyse également les différences territoriales d’accès aux activités musicales ainsi que les attentes prioritaires des Français à l’égard des pouvoirs publics et des élus pour soutenir la musique dans les territoires.

Cette étude a été réalisée auprès d’un échantillon de 2001 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d’âge, de catégorie socioprofessionnelle, de catégorie d’agglomération et de région de résidence.

Les interviews ont été réalisées par questionnaire autoadministré en ligne sur système CAWI (Computer Assisted Web Interview).

Les interviews ont été réalisées du 27 octobre au 3 novembre 2021.

Toute publication totale ou partielle doit impérativement utiliser la mention complète suivante : « Sondage OpinionWay pour la Sacem » et aucune reprise de l’enquête ne pourra être dissociée de cet intitulé.

OpinionWay rappelle par ailleurs que les résultats de ce sondage doivent être lus en tenant compte des marges d’incertitude : 0.9 à 2.2 points au plus pour un échantillon de 2000 répondants.

OpinionWay a réalisé cette enquête en appliquant les procédures et règles de la norme ISO 2025

Chargeur En cours de chargement…
Logo EAD Cela prend trop de temps ?

Recharger Recharger le document
| Ouvert Ouvrir dans un nouvel onglet

Télécharger [1.05 MB]

X
X