Analyse conjoncturelle du chiffre d’affaires de la culture au 4e trimestre 2020

communiqué

La crise sanitaire de 2020, imposant deux confinements successifs à la population et réduisant la mobilité des individus, a eu un impact majeur sur les secteurs culturels. Cette note de conjoncture en mesure les effets économiques sur le champ marchand de la culture pour le quatrième trimestre 2020 et l’année 2020 complète, à partir des chiffres d’affaires déclarés par les entreprises auprès de la Direction générale des Finances publiques.

Au terme du quatrième trimestre 2020, la perte trimestrielle de chiffre d’affaires des secteurs culturels marchands s’élève à 1,6 milliard d’euros au regard du quatrième trimestre 2019, soit une baisse de 7 %. La projection cinématographique (-81 %) et le spectacle vivant (-50 %) sont les deux secteurs les plus touchés par la baisse trimestrielle d’activité, tandis que le jeu vidéo affiche une croissance de 60 % de son chiffre d’affaires.

Pour l’année 2020, les recettes des secteurs culturels marchands chutent de 11 milliards d’euros par rapport à 2019, soit une baisse de 12 %. La projection cinématographique (-65 %) et le spectacle vivant (-43 %) sont les deux secteurs les plus affectés, alors que le jeu vidéo affiche une progression annuelle de 21 % de son chiffre d’affaires. Au cours de l’année 2020, le champ marchand de la culture connaît une chute tendancielle de ses ventes jusqu’en juillet.  Une reprise progressive qui conduit celles-ci à égaler, en décembre, leur valeur de décembre 2019. Le mois de décembre 2020 est marqué par des reports de consommations qui n’ont pas pu être effectuées le mois précédent.

Le soutien de l’État et des collectivités territoriales aux secteurs culturels a pu contribuer à limiter l’ampleur du recul d’activité, mais l’incertitude qui pèse sur l’avenir de ces secteurs augmente avec la durée de la crise.

extrait 

Musique enregistrée

Ce secteur comprend la production, la distribution et l’édition d’enregistrements sonores, le commerce de détail de disques en magasin spécialisé et l’activité des plateformes de téléchargement et d’écoute en flux (streaming).
Ce segment comprend des secteurs de la naf qui chacun regroupent d’autres activités que les activités musicales; la proportion est à peu près de 70 % de musique au sein des codes naf qui servent à faire cette actualisation. Il convient donc d’être prudent quant à l’interprétation de la variation de chiffres d’affaires qui peuvent concerner d’autres activités que celles directement liées à la musique enregistrée.
Au quatrième trimestre 2020, l’activité du secteur de la musique enregistrée est stable par rapport au même trimestre de l’année 2019 (– 1 %). À l’issue du second confinement, un rattrapage s’observe qui coïncide avec la période des achats des fêtes de fin d’année, période importante pour le chiffre d’affaires du secteur (graphique 8). En décembre, ce mouvement s’observe pour le commerce de détail de disques en magasin spécialisé mais aussi pour la production, la distribution, et l’édition.
Sur l’ensemble de l’année 2020, le chiffre d’affaires de ce secteur recule de 2 %, soit une perte annuelle d’un peu plus de 40 millions d’euros. Cette stabilité relative est associée à une forte baisse des ventes physiques de musique en 2020, conjuguée à la progression importante de l’écoute en flux financée par abonnement ou par la publicité6 . Pour l’édition et la distribution phonographiques, la perte annuelle est de l’ordre de 3 %.

Spectacle vivant

Ce secteur, dont une part importante de la production est non marchande7 , regroupe la production et la diffusion de spectacles, les activités liées de prestations techniques, de promotion et d’organisation de spectacles et l’exploitation de lieux de spectacle. Au quatrième trimestre 2020, le chiffre d’affaires du spectacle vivant chute de 50 % par rapport au quatrième trimestre 2019, soit une perte de 810 millions d’euros pour ce trimestre. Cette baisse trimestrielle liée au second confinement fait suite à celles, très fortes elles aussi, des deuxième et troisième trimestres 2020 (– 61 % et – 51 %).
Au regard des effets produits par la crise sanitaire, le spectacle vivant est le deuxième secteur le plus sinistré parmi les activités économiques marchandes au quatrième trimestre 2020.
En 2020, les recettes du secteur du spectacle vivant reculent de 43 % par rapport à 2019, soit une baisse annuelle de 2,5 milliards d’euros (graphique 10). Malgré les deux confinements, le chiffre d’affaires se maintient entre mars et décembre 2020 à un peu plus de la moitié de sa valeur de la même période en 2019. Plusieurs explications pourraient être proposées: le bénéfice de ressources financières relatives à des activités passées, des captations audiovisuelles, des encaissements de billetterie pour des spectacles futurs ou des activités annexes; la facturation de prestations techniques (son, éclairage, décor, costumes, etc.) pour des répétitions et des captations; des déclarations de tva sur des opérations liées à des aides publiques reçues en 2020. Le rebond inattendu de décembre 2020 pourrait s’expliquer, entre autres, par des facturations fin 2020 pour des acomptes de contrats de cession en prévision de 2021 et par des encaissements de billetterie pour des spectacles programmés en 2021.

Chargeur En cours de chargement…
Logo EAD Cela prend trop de temps ?

Recharger Recharger le document
| Ouvert Ouvrir dans un nouvel onglet

Télécharger [1.11 MB]

X
X