Jonathan Naas est l’un des co-fondateurs de l’association SixSix, association qui organise des “house shows” au Domaine, un lieu privé atypique à Altkirch.

“On a toujours essayé de chercher des groupes vraiment intègres, qui sont passionnés”

Dans une démarche résolument DIY, l’association invite différents programmateurs à répondre à la demande du public de la région d’Altkirch. Les musiciens sont ainsi invités à jouer dans leur cuisine, dans leur salon …

“On mène vraiment une politique culturelle de terrain”

Comment parvenir à organiser des évènements de ce type dans des lieux pas ou peu adaptés ?
Quelles sont leurs perspectives pour ce lieu ?
Comment leur démarche s’inscrit-elle dans une logique de revalorisation du territoire rural d’Altkirch ?
Comment la proximité avec la Suisse joue-t-elle dans les dynamiques locales ?

Quelles actions pourraient exister en faveur des groupes locaux ?

“Il y a beaucoup de groupes qui se forment [et qui partent] à Paris, à Strasbourg, à Lyon, faute de structure adaptée pour eux sur le territoire [d’Altkirch]”

Sa vision de la scène musicale française, en comparaison avec la scène suisse, apporte un éclairage particulier sur les problématiques des organisateurs de concerts et d’évènements.
Porté par un “fort engagement politique”, Jonathan Naas pose la question de la pertinence des dispositifs de politique culturelle actuels (SMACs, SACEM …). Il voit dans les squats suisses une créativité et une ouverture plus justes et favorables aux musiciens.

“Il faudrait que la France se remette profondément et radicalement en question”

Interview réalisée par Maylis Cerbelaud

X