Depuis quelques années, les « eighties » ont le vent en poupe. Que ce soit dans les fringues, dans la musique, dans l’attitude, les années 80 n’ont jamais été aussi présentes…

Même dans le milieu du rap où la trap s’impose depuis près de dix ans maintenant, les influences de l’époque sont de plus en plus présentes : les synthés kitsch, les rythmiques de new-wave, la caisse-claire qui résonne à tout va, tout y est ! Un album comme Bisous de Myth Syzer en est l’exemple parfait. Bref, vous l’aurez compris, les années 80, c’est glop ! Mais si d’un côté nous avons Stars 80, de l’autre, nous avons Dead in 1985, son penchant « underground ».

Ce duo troyen, inspiré par tous les clichés de cette époque « bénie », se présente lui-même comme étant “la rencontre entre un cyborg et un motard, l’union entre Capitaine Flam et Happy Days, ou quand Mad Max est croisé avec Linda de Souza. C’est un mélange épique de kitch dépressif, pur produit des années 80, à la sauce 2038, joyau du bon goût et de la subtilité à l’américaine.”

Je sentais inutile de paraphraser bêtement une telle présentation qui, en plus d’être emprunte d’un second degré délicieux, représente à merveille leur première sortie, l’EP Hyperfrequentiel. Tubesques à souhait, les 6 chansons qui le composent sont des joyaux pour quiconque est friand de voix chaudes pleines de reverb, de synthés tous droits sortis de génériques de dessin-animés de super-héros et de rythmes endiablés pour enflammer le dancefloor. Un concentré de musique du passé qui voit néanmoins vers l’avenir, les sonorités étant remises au goût du jour (la dance et l’électro étant passée par là depuis), le tout étant mixé avec les moyens d’aujourd’hui.

Durant près de 25 minutes, l’auditeur est embarqué dans un voyage dans le temps entre le passé et l’avenir. On jurerait parfois déjà connaitre certains morceaux tant ils ramènent à des souvenirs, à des histoires vécues, encore plus lorsque les paroles sont en français. On tape du pied, on remue la tête et l’on s’imagine rouler de nuit dans un Miami où les couleurs nous éblouiraient les yeux, comme dans une sorte de nanar mal-doublé avec les couleurs du trip final de “2001, l’Odyssée de l’Espace” réfléchissant sur le pare-brise.

Voilà un beau voyage que celui-ci, qui est malgré tout un brin plus subtil qu’il n’y parait, grâce à un sens de la composition très riche et un mix de haut-vol. La jonction du passé et du futur nous ramène au final totalement à notre époque, qui est emprunte des deux. C’est parfois cool 2019.

                                                                                                                                                                                Augustin

X