T/O et ASH KIDD pour l’Alsace, M.A BEAT et JULIEN BOUCHARD pour la Lorraine et LOUIS PISCINE pour la Champagne Ardenne représenteront la Région Grand Est pour les Inouïs du Printemps de Bourges

ASH KIDD
Ash Kidd plonge dans l’interstice entre trillwave et rap mainstream, entre crépuscule banlieusard et poésie de la langue française, entre grands modèles américains et liberté personnelle. Ce crooner 2.0, repéré notamment par sa citation savoureuse de J’ai demandé à la lune d’Indochine dans son titre Nostalgie (millionnaire sur YouTube depuis fin 2015), apporte une sincérité troublante là où beaucoup d’autres se caparaçonnent sous une street credibility mutique. Peu d’artistes en disent autant dans le jeune hip hop français.
facebook

T/O
T/O se définit comme le prototype d’une sorte de pop magique, détournée de ses codes classiques et structurels. À travers des compositions où la surprise dévore la norme, il s’applique à créer un univers vaporeux et hors du temps, à l’image d’une dream-pop débordée par un soupçon de psychédélisme.
facebook

JULIEN BOUCHARD
Au Moyen-âge, on aurait peut-être brûlé Julien Bouchard, alchimiste qui fait surgir des mélodies radieuses, des chœurs aériens et des harmonies sublimes, enfermé solitaire dans une pièce. D’ailleurs, son dernier album s’appelle La Chambre, et a déboulé après que, depuis des années, il a publié des splendeurs dans plusieurs projets arty, secrets et généreux (Coco Business Plan, The Silent Days). Seul en scène avec sa guitare et ses petites machines, il tisse une pop d’une rare élégance.
facebook

M.A BEAT!
Une musique à la fois psyché, free, électro, kraut… M. A Beat ! est le trio du producteur et guitariste Samy Abboud, du bassiste Louis Treffel et du batteur Adrien Legay et, ensemble, ils expérimentent avec une liberté qui désarçonne souvent l’auditeur – y compris les érudits de toutes les recherches barrées accomplies depuis que l’on a entrepris de mêler les instruments acoustiques aux machines. Post-rock, world ou jazz ? Peu importe : c’est une échappée belle…
facebook

LOUIS PISCINE
Grâce à une rupture du continuum temporel, Louis Piscine peut aller et venir dans les Trente Glorieuses et nous en rapporter des cartes postales sonores aux couleurs clinquantes et passées à la fois – un immortel été inondé de soleil et d’innocence. Le projet solo de Louis Rolland Azière joue de toutes les nuances de la gamme Kodachrome avec un goût prononcé pour les sentiments sans ombre et sans pesanteur. Une pop qui échappe aux lois du temps.
facebook

X