autoportrait
Aux heures indécises qui suivent la fermeture des débits de boisson, le noctambule
occasionnel ou endurci erre dans les rues vides, dans l’espoir d’entendre un « beat » sourd et précis. Fil sonore d’abord ténu, qui le conduira dans un club inconnu, bondé, mais accueillant, où l’on boit sans être ivre,où les filles dansent les yeux fermés, où tout devient beauté, abandon et plénitude, celles et ceux qui, tels David Vincent cherchant un raccourci que jamais il ne trouva, ont pénétré dans ce havre nocturne, savent que c’est V comme Vaillant qui y joue.

facebook

X