Edito
2016 fut une année de transition pour le spectacle vivant de musiques actuelles et de variétés en France. Sécuriser les lieux et les manifestations culturelles a été la priorité du secteur et des pouvoirs publics. Le Fonds d’urgence, créé par l’Etat, géré par le CNV, abondé par le Ministère de la Culture et de la Communication et les organismes de la filière musicale, a apporté un soutien essentiel aux professionnels. Il a permis de les accompagner dans la mise en œuvre de mesures de sûreté adaptées au contexte que nous connaissons en les informant et en finançant une partie des surcoûts de sécurité engendrés.

En observant la facturation nette de 30,6M€ de l’établissement en 2016, en hausse de 8% par rapport à 2015, la tendance semble montrer que, si les attentats ont eu un impact sur l’économie des projets, les professionnels soutenus par le Fonds d’urgence ont pu conserver la confiance du public. Les Chiffres de la diffusion 2016 nous donneront une idée plus précise de la situation de la fréquentation mais les premières tendances sont encourageantes et nous ne pouvons que nous en réjouir.

Bien que le Fonds d’urgence ait représenté une importante charge pour l’établissement, celui-ci a poursuivi son travail sur la réforme des aides qui s’est maintenue à un rythme soutenu. Ce chantier, engagé depuis 2 ans, a livré une seconde série de mesures mises en œuvre en janvier 2017. Cette réforme est capitale pour l’établissement car elle vise d’une part à harmoniser et à fluidifier les programmes du CNV et d’autres part à garantir une meilleure équité et adéquation des aides, pour améliorer le service rendu aux bénéficiaires. C’est l’occasion ici de remercier les instances pour leur implication dans ce dossier.

Le travail avec les territoires a également connu de belles avancées. Le déploiement de dispositifs de soutien à la filière à l’échelle des nouvelles grandes régions contribue largement à la diffusion de l’information sur les mécanismes du CNV. Ces partenariats permettent à l’établissement de mieux se faire connaître et ainsi de mieux rayonner sur ces territoires. Les résultats dans ce domaine sont encourageants, les perspectives enthousiasmantes, et ce travail avec les territoires constitue aujourd’hui une de nos priorités. Il sera encore enrichi dans les prochaines semaines du fruit des travaux de l’Etat sur les contrats régionaux de filière, portés par la DGCA et la DGMIC3.

Suite aux élections présidentielles d’avril dernier, une nouvelle Ministre de la Culture de la Communication vient d’être nommée. Nous souhaitons la bienvenue à Françoise NYSSEN. Sa première décision pour la musique, annoncée lors du Midem, a été de relancer le projet de « maison commune » à partir du CNV. Les instances de l’établissement se tiennent à la disposition de l’Etat pour œuvrer dans l’intérêt de la filière et réflé- chir aux moyens les plus adéquats pour développer un secteur dynamique et combatif, animé par une passion commune, celle de créer les conditions de la rencontre entre l’artiste et le public.

X