La synthèse de ce travail (100 pages d’analyse) reprend l’essentiel des cinq parties portant tour à tour sur l’identité sociologique des festivaliers, les conditions de leur venue, leur perception de l’événement, leurs pratiques et goûts, et enfin les retombées économiques.
Troisième volet d’une démarche de coopération entre le festival et notre équipe de recherche, cette enquête repose sur une double approche, quantitative et qualitative.
La première a consisté en la distribution d’un questionnaire à l’entrée du festival, lors des quatre jours de programmation. Nous avons, en quatre jours, recueilli 1294 questionnaires, saisis et traités les données, ce qui nous permet de produire du public des Eurockéennes une image à la fois très représentative et dynamique quant à son évolution depuis 2004 ou 2010.
L’étude qualitative a reposé sur 129 entretiens, dont 31 après le festival, avec des personnes déjà interrogées pendant le festival. En termes qualitatifs, une enquête exploratoire, quantitative et qualitative, a été réalisée sur les usages d’Instagram. 5400 photos ont été prises en compte dans une analyse qui, pour la première fois, intègre
l’image aux modalités de participation à l’événement. Enfin, une dernière dimension de cette étude, rendue possible par l’importance des résultats quantitatifs et le partenariat avec l’équipe du festival, est celle des retombées territoriales des Eurockéennes. Ici aussi, nous pouvons estimer les résultats dans leur évolution. Et elle n’est pas mince, depuis 2010

X