86 des 200 albums les plus écoutés et achetés en 2017 appartiennent à la catégorie des musiques urbaines.
Ils s’appellent Soprano, Niska ou encore Damso et les majors de la musique (Warner, Universal, Sony etc) peuvent leur dire merci. Les rappeurs ont dopé le marché français de la musique enregistrée, qui  a globalement progresse de 3,9 % en 2017, selon les chiffres du SNEP. En crise depuis le début des années 2000, le secteur a connu  sa deuxieme annee consecutive de croissance , pour atteindre 583 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Source : Le rap français, moteur du marché de la musique – Les Echos

X