Dans le Sundgau, au sud de l’Alsace, Elliott Smith et Will Oldham ont fait des dégâts dans les cœurs fissurés de Wooden Wolf. A quoi reconnaît-on le passage de ces romantiques dans des chansons principalement boisées ? A cette solennité qui refuse l’austérité, à cette opulence qui dédaigne le spectaculaire, à cette façon de jouer un folk recueilli enrichi de refrains pop, de mélodies qui s’emparent de la mémoire et la réduisent à l’esclavage. Surtout que The Wooden Wolf possède, en plus d’un sens raffiné des ambiances troubles, une voix parfaitement amochée et puissante pour incarner des chansons qui prolongent le Jura jusqu’aux Appalaches. JD Beauvallet – Les Inrocks