J’avais 15 ans quand j’ai reçu la discographie de Radiohead à Noël. À l’époque, j’appréciais particulièrement Gérald De Palmas (ne riez pas), je possédais un single de «Dernière Danse» de Kyo et j’écoutais avec le dernier album de Tryo sur mon baladeur MP3 64 Mo. Autant dire que ces 7 CDs ont fait l’effet d’une bombe sur moi, trop habitué au easy listening de la bande FM.

En prenant la porte d’entrée des singles que j’avais déjà entendus à la radio, comme «No Surprises» ou «Karma Police», je me suis perdu pendant des mois dans ces albums. Leurs ramifications me semblaient infinies, il m’a fallu des semaines pour saisir et finalement apprécier le génie de chaque album –comme un chercheur d’or qui découvre une pépite après avoir passé des jours à creuser.

Source : Combien de fois faut-il écouter un morceau pour l’aimer?

X